Au Théâtre du Samovar (décembre 2015)

Cher toi,

Tu y étais ou bien tu n’y étais pas, en tout cas Jenous y étions ! Accueillis comme des rois dans cet antre des clowns, nous y avons fait vibrer mille cordes, celles de nos gorges déployées et de nos instruments employés, celles qui nous lient à nous à vous, celles à lier et délier les fous, celles de nos corsets, celles de tous nos fanions sur vos têtes… Nos fanions bien plus colorés que tous ces lourds drapeaux qui claquent trop souvent dans le vent de nos hivers. A propos, prend bien soin de toi avec tout ce froid…

Jenous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *